Comment lutter contre les fake news via l’Intelligence Personnelle ?

L’Intelligence Personnelle permet de mieux gérer l’information à titre… personnel, comme son nom l’indique ! Il s’agit donc là d’un “outil” très intéressant pour lutter au quotidien contre les fake news, ces informations qui comportent une part de faux, pas toujours évidente car souvent entourée également d’éléments crédibles. Évidemment, en termes de lutte, nous ne parlons pas des articles satyriques comme ceux de Legorafi par exemple mais plutôt des informations publiées avec une volonté manifeste de nuire, de manipuler ou véhiculer des messages de propagande pour un intérêt quelconque. Même sans aller jusque là, il parait également important de ne pas développer de biais de raisonnement par la lecture d’articles mal documentés ou faisant référence à des sources non validées (souvent involontairement proposées par le rédacteur, par manque de rigueur) car in fine tout cela forge notre opinion, donc nos choix du quotidien.

Olivier Pommeret nous propose de traiter le sujet sous l’angle du rôle de l’Intelligence Economique dans un récent billet sur son blog intitulé “Comment lutter contre les fake news ?“. Dans cet article, l’Intelligence Personnelle est vue comme un moyen de sensibiliser et former à l’Intelligence Economique les salariés mais son intérêt va bien au delà. Apprendre à maitriser la veille pour un usage personnel implique et permet non seulement de savoir croiser les sources pour vérifier une information, d’identifier les plus crédibles et pour cela de se poser les bonnes questions : qui, quand, quoi, où, comment, combien, pourquoi ? (lorsqu’une réponse à l’une de ces questions manque dans un article, c’est qu’il y a une incertitude et il est donc raisonnable de douter ou de chercher à combler le manque d’information via la veille), mais aussi nous met en amont dans une posture d’analyse critique.

La pensée critique, ce n’est pas rejeter en bloc toute nouvelle information qui ne nous parait pas crédible de prime abord ! Cela commence avant tout par se mettre dans une posture neutre et pour cela de ralentir, la médiation ou relaxation pouvant y aider (voir notre article sur l’attention), afin d’envisager l’information de manière réfléchie et consciente, en système 2 comme dirait Daniel Kahneman, et éviter ainsi à la fois 1) de croire une information fausse ou 2) toute mauvaise interprétation d’une information véridique mais lue trop rapidement (ce que nous incite à faire le web et les réseaux sociaux)… en nous mettant alors dans une posture de diffuseur de fake news lorsque nous republions à notre tour cette information.

Nous ne traiterons pas plus le sujet pour le moment car celui-ci est vaste et vous trouverez déjà pas mal d’éléments dans le billet cité ci-dessus mais aussi car c’est tout l’objet de notre site et de la réflexion engagée dans le cadre de notre association DIP2. Nous aurons ainsi de nombreuses autres occasions d’en reparler, voire d’analyser en détail les mécanismes qui nous poussent à croire ces fake news et à les repartager dans nos réseaux.

Commenter notre article :

Nous vous invitons à utiliser facebook et à vous abonner à notre groupe sur l’Intelligence Personnelle pour commenter cet article.


Source image en entête et à la une : rawpixel sur pixabay

A propos Olivier Pommeret 9 Articles
Olivier Pommeret est Docteur en Biologie et Pharmacologie et titulaire d’un mastère spécialisé en Intelligence Economique. Il dirige la société Conseil POM et co-Préside l’association pour le Développement de l’Intelligence Personnelle et Professionnelle (DIP2). Depuis 2018, il est également chercheur associé au Laboratoire de Droit International et Européen (LADIE) de l’Institut du Droit de la Paix et du Développement de l’Université de Nice. En parallèle de ses activités professionnelles, Olivier Pommeret est réserviste citoyen (Chef d’Escadron) de la Gendarmerie PACA.